Comoropreunariat

L’implication des jeunes dans l’agriculture comme levier pour mettre fin à la faim et à la pauvreté aux Comores

L’agriculture est la principale source de revenu de 80% de la population pauvre dans le monde. Ce secteur joue alors un rôle déterminant dans la réduction de la pauvreté, la hausse des revenus et l’amélioration de la sécurité alimentaire. Le développement de l’agriculture reste alors l’un des leviers les plus puissants sur lequel on doit agir pour mettre fin à l’extrême pauvreté, rehausser la croissance économique, renforcer le partage de la prospérité et nourrir les 900 milles personnes que compteront les Comores en 2022.

L’agriculture est le secteur économique le plus important des Comores puisqu’elle occupe plus de 80% de la population active et reste le seul moyen de subsistance de la moitié des ménages. Malgré les conditions environnementales, climatiques et pédologiques très favorables pour un investissement agricole sur l’ensemble du territoire, l’agriculture comorienne reste toujours au point mort et est basée en générale sur les méthodes archaïques notamment l’utilisation de la houe, de la fourche, de la machette, de l’arrosoir manuel, du piquet etc.

L’absence d’outils et de systèmes agricoles modernes aux Comores freine le développement de ce secteur, limite la production et augmente ainsi les importations des produits alimentaires de première nécessité. Aujourd’hui, 90% des produits alimentaires consommés par la population sont importés. En effet, le pays dépend des importations pour s’approvisionner en farine, en riz, en sucre, en sel, en huile, en épices, en viande bovine, en poulet, en œuf, en pates etc. Aussi, il a été constaté qu’une partie des poissons et des produit vivriers (patate douce, taros, pomme de terre, igname etc.) consommés ces dernières années est importée de certains pays voisins.

Ainsi, pour mieux développer ce secteur et inciter les jeunes à embrasser ce métier plusieurs mesures doivent être prises et plusieurs directives doivent tracées. Tout d’abord il est nécessaire de mener une campagne de sensibilisation visant à vulgariser ce secteur et à éliminer les préjugés (déshonneur et sans valeur) qui lui ont été attribués. Ensuite, il est sine qua non de former des ingénieurs agricoles par l’ouverture d’une faculté ou d’un département d’agriculture à l’université des Comores et l’ouverture d’un laboratoire d’étude du sol et d’un laboratoire de control qualité alimentaire et agroalimentaire. Afin de pousser les jeunes à l’entreprenariat et à l’investissement agricole on doit :

  • Ouvrir une banque agricole ou donner des prêts agricoles garantissant la sécurité de l’agriculteur.
  • Octroyer des aides aux entreprises de l’ESS du territoire dans les domaines agricoles et alimentaires (appel à projets circuits courts solidaires de proximité, aides économiques)
  • Soutenir l’organisation et la structuration des filières et encourager le développement des circuits courts comme le soutien aux ateliers de transformation
  • Soutenir le développement des coopératives de production et de consommation (aides régionales, appels à projets)
  • Soutenir l’installation, la conversion et le maintien en bio (aides financières, aide à l’accompagnement)
  • Inscrire les installations avec un projet en circuits ou de proximité dans les objectifs prioritaires des Sociétés d’aménagement foncier et d’établissement rural (Safer)
  • Préserver les espaces agricoles comme la création de zones agricoles protégées
  • Introduire les démarches « Projets alimentaires territoriaux » dans la politique territoriale de la région pour les diffuser rapidement sur tout le territoire régional
  • Participer à la mise en place d’un observatoire régional de la restauration collective en lien avec l’Etat.
  • Créer des structures de conservation et de transformation des produits agricoles comme la création d’une industrie agroalimentaire.
  • Créer des points de vente dans l’ensemble du territoire

Enfin, l’Etat doit réduire les taxes douanières afin de faciliter les exportations et l’approvisionnement aux agriculteurs en engrais agricoles.

 

Candidat N11: Nadhra Said Nouhou

Comoropreneuriat

Add comment

Résoudre : *
23 − 20 =


error: Content is protected !!