Comoropreunariat

LES TECHNOLOGIES NUMERIQUES, INDISPENSABLES POUR L’AVENIR DES COMORES

Les Comores n’ont cessé d’investir dans le domaine des télécommunications malgré les faibles résultats. Sur une économie numérique indissociable à la modernité. Les technologies de l’information et de la communication (TIC) offrent de multiples innovations sociales et d’opportunités, la création d’emplois et soins à distance. Si l’échec numérique des Comores est multifactoriel, la solution doit être multisectorielle.

L’Etat a beaucoup investi dans le domaine des télécommunications, notamment, dans notre Société historique, COMORES TELECOM. Les Comores ont participé au projet Eastern Africa Submarine Cable System (EASSy), raccordant la fibre optique installée le long des côtes de l’Afrique de l’Est. Ceci permettrait l’accès à Internet à haut débit et une baisse des prix dans le pays. En 2009, le gouvernement a créé l’Autorité Nationale de Régulation des TIC (ANRTIC). Sa mission, « Garantir une concurrence saine et loyal, innovations technologiques ».  Par ailleurs, le gouvernement a défini en 2018 de nouvelles actions au secteur national des TIC ; l’espace de coworking Comor’Lab (2O19), l’opérateur Telco (2017). En 2019, création de l’Agence Nationale de Développement du Numérique (ANADEN). Sa mission « Comores Numérique 2028 ». Soutenue par la Banque mondiale, Comores Câbles (CC), regroupée en consortium, le quatrième câble sous-marin de fibre optique Fly LION 3, a atterri à ’Itsandra pour venir renforcer LION, LION 2 et le câble EASSy déjà opérationnels.

Malgré tous les efforts opérés par notre pays les résultats réels sont mitigés. Il suffit de vous rendre sur la page officielle de l’ANADEN (http://anaden.org/realisations) et cliquer sur « Réalisations » puis vous ne tomberez sur aucune autre information de 2020 à nos jours.  Les Comores restent toujours dans le lot des faibles pourcentages d’accès à une attribution correcte des lignes pour ces installations. D’ailleurs selon le « Guide de l’investissement Comores 2011 », les tarifs de Comores Télécom étaient élevés au regard des pays, 100 FC (0,30 dollar) la 1ere minute, puis 50 FC (0,15 dollar) toutes les 45 s. Le tarif à l’internationale dépend de la destination, 525 FC (1,56 dollar) vers la France. En 2021, coût moyen de 1GB mobile, le Comores 3,21$ ; l’Algérie a facturé 0,51$. Selon Agence Ecofin sur 32 pays d’Afrique dont on peut parler d’une meilleure qualité de réseau, les Comores n’y figurent pas.

En effet, l’intérêt des nouvelles technologies dans la société est certain. La révolution numérique fit son apparition en Europe à la fin du XVIIIe siècle. Celui-ci désigne l’introduction progressive, mais massive de la technologie numérique dans tous les domaines. La naissance de l’ordinateur, d’internet et des nouvelles technologies de l’information et de la communication (NTIC) va plus bouleverser cette révolution dans les pays occidentaux qu’en Afrique. Par exemple, la Télémédecine aux Comores aurait un enjeu majeur de la santé publique, vu les évacuations sanitaires permanentes qui se solderaient par le décès des malades en cours de route avant destination. Le 1er symposium sur la télémédecine a été organisé en Portugal (1997) : Fournir des services médicaux et de soins de santé par l’intermédiaire des systèmes fondés sur la télécommunication, notamment, la consultation médicale, les urgences diagnostics ou l’enseignement. Plusieurs démonstrations ont été faites par plusieurs pays d’Afrique. Le projet de télémédecine du Bénin est ratifié en juin 2009. En 2012, à la fin de la période de guerre civile, le gouvernement ivoirien avait lancé un plan national e-santé pour améliorer l’accès aux soins spécialisés grâce à la télémédecine. Aujourd’hui, la gouvernance et la coopération numérique dans le monde. Les vidéoconférences et la pandémie du Covid 19 ne sont plus à démontrer.

 

L’échec numérique de notre pays est multi factoriel.  Certes, il faut des ressources suffisantes pour le développement et l’exploitation du réseau. Mais tout commence par une ambition, Il faut revoir nos objectifs, du personnel hautement qualifié au recours à des expatriés, les Comores sont encore dans l’analogie. Pas de numérique sans électricité, pas de matériels performants. Même les sites officiels des ministères aux Comores en 2022, on lit qu’il est en construction et que rien n’existe.

 

La solution doit être multisectoriels, une optimisation des ressources, un personnel qualifié, formation continue, partenariat public-privé (PPP) et vers de nouveaux médias. Lutter contre la fracture numérique, un déploiement de la fibre optique et de la 4G même dans les villages. Les satellites pour remédier aux zones blanches. Inspirons-nous des autres devenus des modèles de réussite Mauritius Telecom (MT) est l’opérateur historique de l’île Maurice une compagnie nationale partiellement privatisée. Afin de pouvoir poursuivre sa progression au niveau régional, le MT, ouvrit son capital à un partenaire stratégique international. Ainsi L’État mauricien actionnaire majoritaire minoritaire au conseil d’administration. En 2021, MT géant de la téléphonie en Afrique vient de lancer « my.t 5G Expérience zones » et met à la pointe des défis technologiques de demain et nous ?

Comoropreneuriat

Add comment

Résoudre : *
4 × 2 =


error: Content is protected !!