Comoropreunariat

L’agriculture aux Comores: Une matière première à préserver

L’agriculture est un secteur-clé pour une sécurité alimentaire et un développement durable aux Comores. Malgré les contraintes économiques et géographiques des Comores, ce secteur reste un atout pour notre pays. Et pour que celui-ci soit concrétisé, l’agro-industrie comme solution idoine pour accompagner des projets agricoles à initier par l’Etat comorien ou des ONG de la place serait une opportunité unique pouvant constituer, non seulement des vrais enjeux pour le dynamisme économique du pays et pouvant s’appuyer à la fois sur la position stratégique de l’Union des Comores dans l’Océan Indien, mais aussi inciter la jeunesse à s’y intéresser davantage. 

L’Union des Comores est un pays à ressources naturelles limitées, contrairement aux autres pays d’Afrique qui en possèdent le diamant, le pétrole, l’or et tant d’autres richesses naturelles. Nous, notre ressource la plus sure et la plus précieuse reste l’agriculture. Certains l’ignorent peut-être, mais il est le secteur économique le plus important des Comores puisqu’il est occupé à plus de 80% par la population active et comme nous l’avons dit, il est le seul moyen de subsistance de presque la moitié des ménages au Comores. Le secteur agricole contribue à la formation du PIB à concurrence de 42% et assure la quasi-totalité des recettes d’exportation (98%) avec la vanille, l’ylang-ylang et le girofle. C’est pourquoi nous devons impérativement en prendre soin de l’agriculture et la protéger afin qu’elle puisse continuer dans le futur. Dans les pays comme le nôtre, l’agriculture est considérée comme source de réduction de pauvreté. Elle peut également augmenter les revenus. Des analyses en 2016 ont révélé que  65% des adultes pauvres qui travaillaient gagnaient  leur vie grâce à l’agriculture. Ceci n’est pas un tabou dans notre pays. Plus de la moitié de la population active survit grâce à celle-ci.

L’Union des Comores est confrontée à une situation de fragilité et des contraintes. Certes, le secteur agricole nécessite des nombreuses conditions et facteurs favorables à la production. Nous avons entre autres : la disponibilité en eau, le climat et ses variations météorologiques (température, pluviométrie, sècheresse, grêle, gel et autres calamités climatiques), le sol et ses différentes caractéristiques, notamment sa fertilité, les espèces végétales et animales domestiques, les bioagresseurs (parasites, pathogènes, adventices, ravageurs), les espèces auxiliaires de culture, la disponibilité en matériel agricole, en intrants et en connaissances agronomiques, la disponibilité en terres, en travail humain et en capitaux…etc. Cependant, au Comores, nous rencontrons plus 19000 m2 de terres impropres à l’agriculture ( parois abruptes, coulées de laves, mangroves) les défis associés aux changements climatiques associés aux mauvaises  pratiques agricoles, qui empêchent de préserver le couvert végétal, détérioration du  bilan hydrique l’absence de moyens pour prévenir l’érosion des sols,  le déboisement des bassins versants, la gestion inefficace des eaux de surface à usages agricoles, absence politique de promotion d’espèces et de variétés résilientes aux changements climatiques, choix très limités d’espèces. Notre pays est extrêmement vulnérable aux changements climatiques et aux phénomènes météorologiques extrêmes. Nous nous rappelons tous le passage du cyclone Kenneth en avril 2019. Un phénomène qui est décourageant pour les agriculteurs. Pas uniquement ça, les contraintes majeures sont climatiques. Combien de plantations ont été ravagées par le cyclone Keneth ? Presque tous les comoriens ont été touchés par la crise post-Keneth. Il a fallu que les gens reprennent à zéro ce qu’ils avaient fait comme travaux.

Notre gouvernement ainsi que les ONG doivent aller au-delà des plans stratégiques sur papiers pour actions sur le terrain.  Le Plan Comores Émergent pour 2020-2030 qui s’articule autour de plusieurs socles, dont un consacré à l’avènement d’une agriculture modernisée et durable pour la création de richesse en milieu rural reste très abstrait jusqu’à présent ; le Plan national d’investissement agricole (PNIA) 2020-2024 des Comores a été élaboré en concertation avec la Banque mondiale, l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) et le FIDA reste sans effet réel. 

En revanche, des solutions sont possibles. Étant donné que nous sommes conscients de l’importance de ce secteur, il va falloir que nous ayons les moyens nécessaires pour parvenir à le protéger. Ces moyens peuvent être de diverses natures et chacun doit y contribuer.

Prenons le cas de Dahari, une ONG qui s’est activement impliquée dans l’île d’Anjouan surtout sur ces domaines en particulier : le développement rural (agriculture, agroforesterie, élevage), la gestion des ressources naturelles terrestres, la gestion des ressources marines, la conservation de la biodiversité (y compris la recherche écologique) et l’écotourisme. Elle accompagne également les agriculteurs dans l’adoption de techniques agroécologiques et de variétés améliorées résilientes aux effets du changement climatique, avec pour objectif d’augmenter leurs revenus. Bien heureusement, les intéressés s’en sortent souvent avec le sourire aux lèvres. Tout cela est en grande partie grâce aux nouvelles stratégies super efficaces utilisées. Cette ONG a fait ses preuves et ne cesse de les faire. Néanmoins, des ONG et entreprises comme Dahari sont peu nombreuses et presque méconnues en plus. C’est donc là que doit intervenir l’Etat.

En effet, pour valoriser d’avantage ce secteur, le gouvernement doit encourager de plus en plus les gens qui le pratiquent. Il doit faire la différence entre les produits importés et ceux produits au pays en valorisant ceux cultivés chez nous. Les primes doivent s’accentuer pour les agriculteurs. La promotion des produits agricoles comoriens devrait entrer dans la liste des devoirs de l’Etat. Néanmoins, de moins en moins des jeunes s’intéressant à ce secteur. Les mêmes visages qu’on voyait dans les champs, à la mer et autres sont les mêmes jusqu’à nos jours. Et cela peut provoquer un manque de continuité voire le déclin total du secteur agricole. 

L’agriculture c’est la vie, c’est ce qui nous permet d’avoir une alimentation saine, de qualité et en quantité suffisante. En revanche, même la société n’encourage plus les jeunes à adopter ce chemin. Une personne qui adopte les cultures occidentales est mieux vues par la société, nous sommes persuadés que le bonheur c’est être dans un bureau climatisé et non au milieu d’une bouse de vache.

Des mesures à prendre dans le but d’inciter les jeunes à s’intéresser à l’agriculture sont à mettre en place. Il est vraiment important de transmettre aux jeunes cette envie de vouloir protéger la nature. Comme nous l’avons dit, celle-ci est notre matière première. Et pour inciter les jeunes comoriens à embrasser ce secteur, il va falloir que les initiés leur fassent comprendre par des actes approuvant l’efficacité et la garantie de ce milieu. En effet, notre secteur agricole futur est plus que menacé du fait que la génération d’agriculteurs est vieillissante et les jeunes n’y portent plus d’intérêt. Pour une prochaine génération d’agriculteurs, nous devons montrer comment l’agriculture peut être une entreprise rentable et enrichissante. Il est tout à fait compréhensible que les ruraux vident les pauvres campagnes quand la quasi-totalité des ressources sont investies en ville. Donc, l’urgence d’investir dans le monde rural et dans l’agriculture devient crucial si nous voulons pérenniser cette richesse. Enfin, dans le domaine de l’industrie, des méthodes de transformations des produits doivent être appliquées. La jeunesse, qu’elle soit rurale ou urbaine doit apprendre à aimer l’agriculture. Cette dernière est une science et une technique après tout. Et elle doit s’apprendre. De ce fait, si on arrive à remplir toutes ces tâches, est-ce que notre sol peut nous garantir des revenus à 100% positifs ?

 

Candidat N3: Yassine Aboubacar

Comoropreneuriat

Add comment

Résoudre : *
19 + 27 =


error: Content is protected !!