Comoropreunariat

Fahmy Thabit, entre entrepreneuriat et Institution ou le parcours d’un entrepreneur hors du commun!

Qui ne connaît pas Fahmy Thabit, l’un des acteurs incontournables du secteur privé comorien? Décrit comme modeste et courtois, son parcours fabuleux et atypique, rend admiratif une bonne partie de la jeunesse Comorienne. Pour pouvoir parler de son parcours, il faudrait le scinder en deux. En effet, il y a Fahmy Thabit l’entrepreneur mais il y a aussi Fahmy Thabit l’institutionnel, l’ancien President des Chambres de commerce des Comores et de l’Ocean Indien.
Fahmy est né en 75 aux Comores mais a passé toute son enfance en Ethiopie. Après sa classe de 3ème, il est parti en internat en France où il décrochera son bac B( Economie). Il passera avec brio le concours d’entrée en École supérieur de Commerce de Bordeaux (European Business Program). Polyglotte, il a suivi ses études en France( Bordeaux), en Angleterre( Portsmouth) et en Hollande( Rotterdam). À la fin de ses études en 2000, le jeune diplômé devait choisir entre rester travailler dans une grande multinationale en Europe ou rentrer servir son pays les Comores.La question étant vite répondue, il s’est jetté dans les eaux Comoriennes. <<j’avais conscience que j’allais gagner 20 fois moins qu’en Europe, mais j’étais chez moi, motivé et surtout j’ai voulu acquérir de l’expérience assez rapidement >> nous explique-t-il.
A peine arrivé au pays en 2000, il débuta sa carrière à AGECOM( Agence général de Commerce) en tant que responsable clientèle et des opérations. En 6 mois, il a transformé cette entreprise en l’une des leaders dans l’importation du ciment. Le self made man s’est taillé vite un joli succès qui commençait à séduire d’autres entreprises en l’occurence la Societé Comorienne de l’eau et de l’Electricité( VIVENDI). Celle-ci va l’embaucher en tant que Directeur des approvisionnements et de la logistique avant qu’elle soit chassé en 2002 aux Comores. Entre-temps, Fahmy rentrera alors dans un cabinet de consultation (CAAS) qui travaillait à l’epoque pour la Présidence de la République. Mais ce n’est qu’une courte aventure qui ne durera que 5 mois. <<J’ai constaté que le travail que j’avais fourni (plan de restructuration de la MAMWÉ) a été mis dans un tiroir, j’ai démissionné pour lancer avec mon épouse notre entreprise : Naifa Services&Distribution>>raconte-t-il
En 2004, Fahmy et sa femme Naïla firent leurs premiers pas dans l’entrepreneuriat et relèverent un défis historique en lançant en grande pompe Massiwa SuperMarket, la première grande surface aux Comores. Un supermarché gigantesque et moderne où on trouvait non seulement des produits importés mais aussi un espace boucherie, poissonnerie, fruit et légumes. Grâce au couple, les Comoriens pouvaient pour la première fois acheter au même endroit des produits alimentaires frais et importés (en dehors des marchés traditionnels).
En 2010, les effets de la crise mondiale se font sentir même aux Comores, et ils décidèrent de vendre leur fond de commerce pour se tourner vers l’immobilier avec un contrat avec Komocash. Le couple a aussi lancé en 2014 un projet agroalimentaire basé sur la transformation du manioc et feuilles de manioc. Connu sous le nom de Madaba et Mhogo Ya Massiwa, ces produits sont commercialisés dans la plupart des supermarchés de la capitale. Passionnés par l’entreuprenariat et n’ayant pas peur de la prise de risque, Fahmy et son épouse se sont lancés en 2019, dans un secteur prometteur qui est le Digitale avec leur site de commerce en ligne www.kuuzacomores.com.
<< Kuuza est la première MarketPlace en ligne basée aux Comores. Elle offre plusieurs catégories de produits de bien-être, informatique, smartphones, alimentation et specialisée dans les produits transformés Made in Comores, en travaillant avec plusieurs sociétés de jeunes comoriens. Nous essayons de vulgariser le commerce en ligne dans notre pays et c’est une continuité de notre activité de base qui est la distribution>>
Pour parler de Fahmy Thabit l’institutionnel, il faut remonter à 2008, lorsque le gouvernement a décidé de redonner la gestion de la chambre de commerce au secteur privé (elle était gérée par le gouvernement auparavant). C’est ainsi qu’en 2008, ce très discret bulldozer brigue la Chambre de commerce et d’industrie de Ngazidja et triomphe avec son équipe en devenant Président de la chambre de commerce, d’industrie, d’artisanat et d’agriculture de Ngazidja à l’âge de 32 ans! <<Je me suis lancé aux élections de la chambre de commerce pour tenter d’ameliorer l’environnement des affaires. Il y en a qui s’engage dans la politique et j’ai choisi de m’engager dans l’économique >> se justifie-t-il. Pendant son mandat, à la chambre de commerce de Ngazidja, nous pouvons citer comme realisations la création du 3ème marché de Moroni (Dubaï ou marché Grimaldi pour desengorger la ville)dédié aux marchands ambulants mais aussi lancé le concept du Marché du Ramadan et la foire Made in Comoros pour la promotion des produits fabriqués au pays.
Comme l’adage dit, On ne change pas une équipe qui gagne. En 2012, il fût élu président du Union des Chambres de Commerce des Comores et l’histoire retiendra que grâce au président Fahmy, le CFAE a été mis en place avec possibilité de créer et enregistrer son entreprise en 3 jours contre plusieurs mois auparavant . Il y a eu la loi instituant la chambre d’agriculture, élevage, pêche et la loi sur le credit bail, c’est Fahmy et son équipe qui en sont les initiateurs. Il avait également mis en place la cour d’arbitrage et de médiations (pour règler les litiges commerciaux sans passer par les tribunaux) ainsi que le centre de gestion Agrée. Son équipe a aussi mis en place un incubateur d’entreprises, et le Magazine économique “ComoresEco”. L’évenement “Comores Business Awards” qui met à l’honneur les meilleurs entrepreneurs comoriens a été lancé pendant sa mandature. Dans le cadre du soutient aux jeunes pour la mise en place et financement de leurs projets, il lança le concept “Oser Entreprendre”, bien que voué à l’échec. “Malheureusement ce projet fût dilapidé par le ministère de l’économie en 2014 et les financements se sont envolés” se désole-t-il.
En 2014, l’ex consul honoraire de de la Corée fût élu pour 2 ans Président de l’Union des Chambres de commerce et de l’industrie de l’océan indien.
Le projet phare qu’il avait mis en oeuvre durant sa mandature régionale reposait sur un programme de renforcement des capacités commerciales de 2.5 millions d’euros, parrainné par l’AFD et destiné aux entrepreneurs des îles de l’océans Indien.
Mais ce qui est le plus extraordinaire pour le natif de Moroni, c’est sa parfaite maitrise du monde des affaires et de l’environnement des affaires des Comores. Il fait parti du cercle restreint des grands entrepreneurs qui montrent que malgré les difficultés liés à l environnement des affaires aux Comores, il faut savoir prendre des risques et ne pas avoir peur des echecs.

Comoropreneuriat

Add comment

Résoudre : *
5 × 12 =


error: Content is protected !!